Login Form

Carte de réseau de piégeage Blé

La deuxième semaine du mois de Janvier est très calme, que ce soit à Chabrillan, Gréoux les Bains ou Saint Andiol donc pas de traitement à prévoir sur ces sites pour le moment. Pas de résultats sur Arles et Lambesc. Maintien du suivi des parcelles car les plantes restent sensibles à l’infection jusqu’au stade fin tallage environ.

 

Code du piège Localité Code postal Reçu le Prélevé le Etat du piége Pucerons Cicadelles Tenthredes Altise Bwyv Camv Tumv Wdv JNO
Pav
JNO
Mav
JNO
Rpv
1006005CER Arles 13200 11/27/2017 11/28/2017 Normal >100 0               +  
1006006CER Lambesc 13410 11/27/2017 11/28/2017 Normal >100 0               +++  
1006005CER Arles 13200 12/4/2017 12/5/2017 Normal 35 0                  
1006006CER Lambesc 13410 12/4/2017 12/5/2017 Normal 5 0                  
1006002CER Chabrillan 26400 12/11/2017 12/15/2017 Peu / Très peu insectes 0 0                  
1006006CER Lambesc 13410 12/13/2017 12/14/2017 Normal 1 0                  
1006005CER Arles 13200 12/13/2017 12/14/2017 Normal 55 2           +      
1006006CER Lambesc 13410 12/19/2017 12/21/2017 Normal 2 0                  
1006005CER Arles 13200 12/20/2017 12/21/2017 Normal 57 0             + + +
1006002CER Chabrillan 26400 1/15/2018 1/18/2018 Peu / Très peu insectes 0 0                  

 


La Jaunisse Nanisante de l'Orge (JNO) est une maladie provoquée par un virus : le virus BYDV, transmis à l’automne par différentes espèces de cicadelles et pucerons, majoritairement le puceron du merisier à grappes (Rhopalosiphum padi).

La maladie virale attaque les céréales à paille : blé, orge et avoine, les orges d'hiver étant les plus sensibles.
La JNO provoque des dégâts à partir du stade plantule jusqu'au tallage.
Sur blé, les symptômes sont en général similaires à ceux sur orge avec un nanisme néanmoins moins prononcé. Les feuilles jaunissent et lors de températures fraiches, un rougissement de l'extrémité des dernières feuilles apparait. Les symptômes apparaissent en mars-avril.

A noter qu'une infection par le virus au cours de l'automne diminue l'aptitude du blé à résister au gel de l'hiver.

  1. Cycle de développement :
    Le virus de la JNO est introduit par les pucerons dans la plante et est transporté dans la sève où il est multiplié. Le virus est ensuite ingéré par les pucerons lors de leur alimentation et stocké dans leurs glandes salivaires. Il est transmis à une autre plante lors de piqûres ultérieures, ce qui engendre la dissémination du virus dans la parcelle. 
    Le virus de la JNO étant un virus persistant, un puceron infecté est capable de le transmettre durant quasiment toute sa vie.
  2. Dégâts :
    La nuisibilité est variable et est estimée à environ 30 q/ha. « La nuisibilité de la JNO [en 2015 et 2016] s’élevait à 23 q/ha sur 11 essais menés par Syngenta, avec un maximum à 64 q/ha », constate Fabien Massot, expert technique insecticides foliaires chez Syngenta. Une protection foliaire est nécessaire si le seuil est atteint soit 10 % de pieds porteurs de pucerons, ou présence continue de pucerons, même moins importante, sur plus de dix jours, explique Fabien Massot. 
  3. Confusion possible :
    Les symptômes de la JNO peuvent être confondus avec des carences en azote ou en phosphore. Néanmoins, les symptômes de carences minérales sont présents au niveau d'une parcelle entière tandis que les plantes infectées par la JNO sont isolées en petits groupes.
  4. Facteurs favorables :
    - Conditions favorables au développement des pucerons. Au-dessus de 3°C, les pucerons d’automne sont toujours actifs. Il faut plusieurs jours à -5°C pour tuer les populations de pucerons d’automne.
    - Des conditions fraîches et ensoleillées engendrent des symptômes plus marqués.
    - Des semis précoces allongent le temps d’exposition des cultures au virus de la JNO
  5.  Mesures prophylactiques :
    Intervenir en préventif sur les pucerons, vecteur de la maladie.

Source : Syngenta [en ligne], consulté le 10.12.2017

https://www.syngenta.fr/traitements/jaunisse-nanisante-de-lorge
https://www.syngenta.fr/cultures/cereales/article-insecticide/maitriser-puceron-vecteur-jaunisse-nanisante-orge
https://www.syngenta.fr/cultures/cereales/article-insecticide/protection-de-semences-et-insectes-viruliferes

Rhopalosiphum padi ou puceron du merisier à grappes représente près de 90 % des populations de pucerons sur céréales d’automne. Ce sont des pucerons ailés et aptères de 1,5 à 2,3 mm, vert foncé à vert olive avec une zone brun rougeâtre à l’extrémité postérieure. Cornicules courtes, sombres et renflées.

  • Cycle de développement

Les œufs d’hiver sont déposés sur des plantes du genre Prunus. Les adultes peuvent survivre sur céréales lors des hivers doux. Fin mai début juin, les colonies se développent sur les céréales, maïs, orge, avoine et blé. Les fondatrices émigrent vers le maïs dont elles occupent les feuilles, les épis et les panicules après floraison. En fonction de la précocité et de la sévérité de l’hiver, les adultes migrent vers les hôtes primaires pour pondre ou recolonisent les jeunes semis lors d'hivers doux.

Source : Syngenta [en ligne], consulté le 10.12.2017

https://www.syngenta.fr/traitements/puceron-du-merisier-grappes

VigieVirose est un outil d’aide à la décision.
Les renseignements qui vous sont communiqués le sont uniquement sur la base des informations et éléments fournis par le réseau d’observations mis en place par votre distributeur/prescripteur.
Ces renseignements ne peuvent en aucun cas se substituer à votre avis de professionnel ou à celui d'un conseil en agronomie ainsi qu'à une observation au champ.
Ainsi, des éléments non portés à notre connaissance ou erronés pourraient remettre en cause la pertinence des renseignements délivrés à l’occasion de l’utilisation de ce service. Pour ces différents motifs, la responsabilité de la société Syngenta France SAS ne pourrait en aucun cas être engagée pour quelque raison que ce soit du fait des renseignements qu'elle vous a communiqués à l’occasion de l’utilisation de ce service, ce que vous acceptez expressément en qualité de professionnel ; à défaut d'une renonciation sans réserve de votre part, la société Syngenta France SAS vous demande de ne pas utiliser ce service.